août 11

Tarama à Maupiti

Ecrit par Ilona et Gael et classé dans la rubrique Maupiti | Polynésie

Texte de Gael en bleu
Texte d’Ilona en noir

Nous avons passé 4 jours (5 nuits) sur un Motu à Maupiti.
Rappel : un motu c’est un îlot / une île à coté de l’île principale.

A l’aéroport

On arrive à l’aéroport de Maupiti vers 16h (qui est situé sur notre Motu mais assez loin tout de même pour ne pas entendre le bruit des avions).

Chaque pension a un petit panneau pour accueillir les touristes sauf la notre. Mais on a tout de même eu un beau collier de fleurs 😎

A chaque fois ou presque on a eu un collier de fleurs à l’arrivée et un collier de coquillages pour le départ ! Cette tradition est très sympa!

Celui qui est venu nous chercher en bateau tire la tronche, ça commence mal!

IMG_2735

L’arrivée à la pension
On découvre notre hôte et la pension, la chambre est assez basique mais il y a bonne une moustiquaire et des véritables fenêtres pas en bois 😆

On découvre qu’on va se laver à l’eau froide pendant le séjour avec un grand baril d’eau de pluie. Ici pas d’eau potable, pas de douche, ni d’eau chaude! On apprends qu’on va être les seuls pendant notre séjour..

IMG_2946

L’ambiance est pas trop funky à notre arrivée, nos hôtes pas très bavard.. et il y a un cafard mort dans la salle de bain! On a juste le temps de tenter une pêche de poissons et de coquillages devant et derrière la pension.
Le soir a été un peu étrange. : on mangeait que tout les deux à 18h45 et à 19h30, ils nous ont dit « Bonne Nuit ! »

Premier jour : tour de l’île en vélo (changement d’auteur, Gael en avait « fiu » d’écrire)
Après une première nuit un peu tendue, on passe notre première journée à visiter l’île principale de Maupiti. Bon, c’est juste une balade en vélo de 12km un truc comme ça mais il y a de beaux points de vue. On découvre les bicyclettes à rétro pédalage (tu freines en reculant) qui ne permettent aucun effort physique. Si montée il y a, à pied tu la feras !

La plage de Maupiti

La plage de Maupiti

Vue depuis le haut de la colline

Vue depuis le haut de la colline

C’est ce jour là que notre hôte nous emmènera visiter une fabrique de jus de noni (ou nono pour les locaux). La dame est super gentille et nous explique avec passion son métier. Nous, on trouve que ça pue mais que c’est cool qu’un commerce comme ça fasse vivre quelques personnes sur une si petite île. C’est rare d’aller à la source du produit de nos jours (surtout quand elle se trouve à l’autre bout du monde). Et c’est intéressant de connaitre le prix d’un baril entier pour comparer au prix d’une bouteille en France !

Le pressoir et le jus de noni qui s'écoule

Le pressoir et le jus de noni qui s’écoule

Le soir, on se refait le même programme que la veille, c’est-à-dire passer une demi heure à goûter face à l’océan déchaînée pour ensuite aller admirer le coucher de soleil sur le lagon paisible de l’autre côté de l’île… à 5 minutes à pied. C’est assez extrême comme changement de décor. D’un côté, on se sent tout petit, presque pas en sécurité et de l’autre, on peut limite rejoindre l’ile principale à la nage ou en kayak sans problème. C’est, pour moi, LA particularité qui fait le charme de ce motu. Et on trouve de superbes coquillages et coraux sur la plage.

 

Côté récif (même si on voit à peine la haute mer)

Côté récif (même si on voit à peine la haute mer)

 

Côté lagon

Côté lagon

Le second jour, d’après les conseils de nos hôtes, on part en excursion avec notre chauffeur Smit (celui dont on parle depuis le début et qui nous a trimbalés partout) pour aller voir… TIN TIN TIN… les raies manta ! Armé de sa canne à pêche, Gael espère qu’en pêchant du bateau, la chance lui sourira. En 10 minutes, il pêche un premier poisson (une sorte de Mahi Mahi ou comme dirait Smit « ça ressemble à un Mahi Mahi mais c’est pas un Mahi Mahi ») puis un second (une carangue, je crois). Je vois la mine réjouie de Gael, la journée s’annonce bien.

La carangue

La carangue

Le presque Mahi Mahi

Le presque Mahi Mahi

Il paye pas de mine mais il était succulent

Il paye pas de mine mais il était succulent

Puis vient le temps de se baigner avec (ou plutôt au dessus) des raies. Elles sont immenses, rien à voir avec celles de Bora, mais aussi plus sauvages. Elles ne nous approchent pas, alors on évite de les embêter. Seule ombre au tableau, dès qu’on s’arrête de nager, le courant nous emporte au loin. On se fait gentiment gronder par Smit qui me dit de tenir la corde du bateau et de ne pas lâcher. C’est impressionnant le courant qu’il peut y avoir en pleine mer alors même qu’il n’y aucune vague en surface !

Quelques photos des raies…

DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO

Second spot, snorkelling dans le lagon. Sauf que Smit et Gael décident plutôt d’aller pêcher au filet. (Smit entraine Gael, la pêche au filet c’est pas très attirant car c’est pas très sportif..) Ils (enfin surtout Smit) attrapent donc pleins de poissons tropicaux, les mêmes qu’on a l’habitude d’observer en masque et tuba. Avec Gael, on a un peu honte, surtout qu’on voit le nombre de poissons à bord du bateau augmenter et qu’on se demande ce qu’on va bien pouvoir en faire ! Smit les tue sur le coup, donc pas la peine de les relâcher plus tard… (oin oin)

Quelques victimes

Quelques victimes

Puis on s’arrête sur un autre motu, affamés. On découvre la façon de cuisiner de Smit, il creuse un trou dans le sable, emprunte une grille à un voisin et avec quelques branches, nous allume un barbecue. Hop ¾ poissons sur la grille auxquels il a d’abord fait quelques entailles pour laisser entrer la chaleur et c’est parti pour une séance de dégustation. On bouffe à la main le poisson pêché par Gael, hmmm, le meilleur selon moi. Un peu plus de difficulté à manger le joli poisson tropical qu’on a sur tant de photos, mais c’est la vie… Pour cacher le carnage, un peu de sable et on s’en va ni vu ni connu.

Le repas!

Le repas!

Le soir, on se dit qu’on en a marre de cette façon bizarre de manger chacun de notre côté. On nous sert le repas à 18h30 puis une fois qu’on a finit, nos deux hôtes se mettent à commencer le leur. Alors, on propose un petit coup pour l’apéro, et là on détient la clé de la réussite à la tahitienne. Nos hôtes se joignent à nous avec plaisir, on mange enfin ensemble et on commence à bien discuter et à bien se marrer. OUF !
Le 3ème jour, on emprunte les kayaks mis à notre disposition pour nous rendre tout au bout de notre motu (car si il faut 5 minutes pour le traverser en largeur, il nous a fallu 40 minutes pour le longer par le lagon). Le moment a un avant gout du paradis, un lieu paisible, perdu dans l’immensité… Pffiou, un moment de pure beauté !

Vue de l'entrée de la pension

Vue de l’entrée de la pension

C’est ce soir là que notre hôte décide de faire la fête à la tahitienne, c’est-à-dire, mettre la musique à fond (si fort que mon oreille sensible bourdonnait), boire et chanter dans un micro. Parler, c’est un peu compliqué avec cette musique (essentiellement composée de remix bourrins) alors on débite des conneries dans le micro et on enchaîne les verres.

IMG_2854

Puis on mange et on regarde un film. Oui, oui, la fête s’est terminée à 19h et on s’est regardé un film dans un état un peu second… Pourquoi pas !
Dernier jour. Même avec une légère gueule de bois, on maintient notre intention de monter sur le sommet de l’île. On nous parle d’1h30 de montée, on s’y met assez tôt. Pour de la montée, c’est de la montée. A certains moments, des cordes sont là pour aider à l’ascension. Vaut mieux pas regarder autour de soi car la vue est vertigineuse. Je commence à me poser des questions, comment allons-nous descendre ?! On va quand même jusqu’au bout même si je panique de plus en plus… pour découvrir une vue magnifique.

Malheureusement, les photos ne rendent pas la beauté du moment car vu le temps pourri, l’éclairage ne met pas le paysage en valeur. Mais c’était très beau et surtout… très haut !!! Finalement, la descente se fait tranquillement mais je trouve la balade un peu trop dangereuse, je ne la conseille pas !

Il y avait un peu de vent!

Il y avait un peu de vent!

Là, par exemple, la descente était raide et ça ne se voit même pas!

Là, par exemple, la descente était raide et ça ne se voit même pas!

IMG_2926 IMG_2939

Puis vient notre dernière soirée qu’on a passée à prendre l’apéro et à déconner… à la française, ce coup ci. Enfin, à la Gael et Ilona, en tout cas. On apprend à Smit quelques jeux de cartes (bataille corse, marmotte et trouduc’) qui s’avère quand même vachement doué pour retenir aussi vite de nouvelles règles, chapeau ! Puis on se met à faire des devinettes dont certaines nous auront bien fait rire. « Qu’est ce qui est vert, qui monte et qui descend ? » « une mangue » « une pastèque » « non ! un petit pois dans un ascenseur ! » « Quoi ?! Mais qu’est ce qu’il fout la le petit pois ! C’est n’importe quoi ! Des devinettes à la con ! ». On comprend qu’on n’a pas appris les mêmes blagues à l’école. Devinette de Smit, très inspiré « Tu tires mes oreilles, je pleure ». On vous laisse deviner de quoi il s’agit ! Celui qui a la bonne réponse gagne un cadeau !

IMG_2954
J’ai tenté quelques blagues un peu plus osées mais je me suis pris pas mal de vents alors on est restés sur du basique et comme d’habitude en voyage, on s’est marrés sur de vraies conneries, comme des gosses. «Vous parlez beaucoup de caca vous ! » dixit Smit, pour vous donner une idée du niveau.

Seul regret, on n’aura pas testé la bière tahitienne ! Je ne parle pas de la bière Hinano qu’on n’a pas arrêté de boire pour s’abreuver mais d’une sorte d’alcool local, fabriqué par les hommes qui n’a pas grand-chose à voir avec la bière en fin de compte. Selon Smit (Will) (j’avais oublié de faire la blague), tu bois une gorgée « c’est fooort ! » et si tu bois un verre « tu fous la merde !!! ». Apparemment, beaucoup de soirées tahitiennes finissent en baston, on nous a parlé de bagarres à Bora auxquelles sont mêlées 200 personnes (bon, les tahitiens et les chiffres, j’ai comme un doute…). La bière tahitienne serait la principale responsable !

Pour conclure, de très bons moments passés dans cette pension de famille, une très très belle rencontre et une jolie surprise sur la facture « On vous offre les bières car vous êtes très sympa et qu’on a bien rigolé ensemble ».

Neige qui se prend pour un grand chien et notre hôte

Neige qui se prend pour un grand chien et notre hôte

 

 

Cet article a été lu 2 848 fois et il y a 13 commentaires.

→ Laisser un commentaire (obligatoire)

Ton prénom ou pseud0nyme :

 

Le contenu de ton message :


 

→ 13 commentaires

Vous pouvez choisir votre propre avatar en utilisant le service Gravatar.
Les autres avatars sont générés automatiquement avec votre prénom et Google images.
  • samedi 17 août 2013 à 16 h 45 min
    malou :

    Ahah je vois que c’est de famille l’humour caca! Contente pour vous de ces bonnes rencontres en tout cas 😀

  • mardi 13 août 2013 à 18 h 35 min
    Ilona :

    Cette blague est un incontournable Monsieur Shadow

  • mardi 13 août 2013 à 14 h 40 min
    Shadow Nicko :

    +1000 à GG pour le « Kari Instant » !
    En revanche j’aurais du mal à adressé la parole à Ilona après sa blague sur Will Smith…

  • mardi 13 août 2013 à 14 h 38 min
    Chinese Nickuu :

    Raie Manta c’est la femme de Raymond ?

  • mardi 13 août 2013 à 14 h 37 min
    Nicko :

    Wow, ça me rappelle beaucoup les quelques jours passés à Karimun Jawa (archipels d’îles à côté de Java) : la chambre basique, le snorkeling, manger du poisson grillé sur la plage (du gosier), les lagons, le trou d’uc…Il ne vous manque que les problèmes de ferry pour repartir et c’est la même !
    Heureux de voir que la GoPro vous sert autant !

  • lundi 12 août 2013 à 21 h 03 min
    Ilona :

    MDR BIB MOUAHAHAHA

    Non, ce n’est pas vraiment une blague mais une devinette! Donc pas forcément très marrant!

  • lundi 12 août 2013 à 14 h 20 min
    bib :

    je suis contente d’apercevoir enfin un collier de fleurs! bah voilà la on est à tahiti

    oreilles = bijoux de famille ? Pas sûre d’avoir compris la blague lol

    « C’est ce soir là que notre hôte décide de faire la fête à la tahitienne, » cette phrase prête à confusion

  • lundi 12 août 2013 à 9 h 07 min
    phil :

    et le jus de noni dans tout ça : il a des vertus particulières, à part son prix en métropole?
    pour le reste les conditions étaient spartiates mais le coin très joli et vos hôtes sympas

  • lundi 12 août 2013 à 8 h 58 min
    GP Moutie :

    J’adore ces 4 jours sur votre motu du bout du monde. Tout à fait Robinson Crusoë, quand enfin il a pu faire la fête avec Vendredi !

  • dimanche 11 août 2013 à 12 h 09 min
    seve la seve :

    trop bien l’article, vos hôtes, vos excursions, vos soirées et vos blagues.
    la douche me rappelle les chambres pourries qu’on a pu avoir en Inde… pas les paysages par contre.
    continuez de profiter comme ça.

  • dimanche 11 août 2013 à 11 h 44 min
    Jejeremy :

    J’allais oublier! Bien joué gael pour la peche!

  • dimanche 11 août 2013 à 11 h 42 min
    Jejeremy :

    J’ai adoré votre article bien long! Le sujet « caca » me rappel la discution avec vous et nico a bali devant kari lol!
    Les paysages sont magnifiques, le bleu de la mer est vraiment génial!
    Super avec vos hotes, vous avez bien fait de tenter l’apero!
    Gros bisou

  • dimanche 11 août 2013 à 11 h 39 min
    bobyfoster :

    Ca envoie du lourd les enfants ! Profitez en bien, les paysages sont sublimes !



Oloin.net - le blog qui est loin.